lettre à une mère qui a perdu un enfant

081106024017620224.gifô!vous aurez trop dit au pauvre petit ange,

qu’il est d’autres anges là-haut,

que rien ne souffre au ciel,que rien n’y, change,

qu’il est doux d’y rentrer bientôt;

que c’est un lieujoyeux plus qu’on ne saurait dire,

ou toujours se laissant charmer,

on a des chérubins pour s’amuser et pour rire,

et le bon Dieu pour nous aimer,

et puis vous n’aurez pas assez dit à ce fils si frêle et si doux,

que vous étiez à lui dans cette vie amère,

mais aussi qu’il était à vous,

que tant qu’on est petit ,la mère sur nous veille

mais que plus tard on la défend;

et qu’elle aura besoin quand elle sera vieille,

d’un homme qui soit son enfant;

vous n’aurez point assez dit à cette jeune âme,

que Dieu veut qu’on reste ici bas,

la femme guidant l’homme,l’homme guidant la femme,

pour les douleurs et les combats;

si bien qu’un jour;ô! deuil! irréparable perte!

le doux être s’en est allé!

hélas vous avez donc laissé la cage ouverte,

que votre oiseau s’est envolé.

(victor hugo)

                       ……………………………………………………….

                       ////////////////////////////////////////////////////////////////////////

                     ………………………………………………………..

                                                                   

         tendresse

On  peut vivre sans richesse presque sans le sou,

des seigneurs et des richesses y en a plus beaucoup.

non !non! non on ne le pourrait pas.

One peut vivre sans la gloire qui ne prouve rien,

être connu dans l’histoire et s’en trouver bien,

mais vivre sans tendresse il n’en est pas question

non! non! nonil n’en est pas question.

Quelle douce faiblesse quel joli sentiment

ce besoin de tendresse qui nous vient en naissant

vraiment;  vraiment.

Dans le feu de la jeunesse…naissent les plaisirs

et l’amour fait des prouesses

oui mais sans la tendress

non! non! non.

Un enfant vous embrasse parce qu’on le rend heureux

tous nos chagrins s’effacent

on a les larmes aux yeux

mon dieu! mon dieu!

Dans notre immense tendresse immense ferveur

faites donc pleuvoir sans cesse au fond de nos coeurs

des torrents de tendresse pour que règne l’amour

jusqu’a la fin des jours.

(parole de chanson interpretée par marie laforrêt)                                                                                                                                                                      

0 Réponses à “lettre à une mère qui a perdu un enfant”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




nabil |
Vigne et cheval |
Coups de coeur et Cie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Justina Angebury
| Réservation 2010 - Furet / ...
| sac à mots